n4Mibie


CE QU'ON EN 4TTEND...


les p4rents:

Mettre enfin un pied sur le continent Africain (je ne compte donc pas Madagascar, état Africain certes, mais pas sur le continent...), rouler en 4x4 dans les dunes de sable sans s'ensabler, voir les animaux de la savane dans leur environnement naturel et des paysages qu'on a pas l'habitude de voir...

Chanter tous en coeur " halima pakasholo " sur les routes namibiennes.

les enf4nts:

Dormir dans une tente sur le toit d'une jeep, faire pipi dans une bouteille le soir pour ne pas descendre de la tente sur le toit de la jeep ( animaux sauvages à proximité...).

Chercher des pierres précieuses dans les dunes de sable, voir des bateaux fantômes sur la côte des squelettes même si çà fait un peu peur...

Voir un lion, une girafe, un éléphant, un rhinocéros, un hippopotame, une hyène qui rigole (quand papa et maman s'ensablent dans les dunes de sable avec la jeep ), un zèbre, un guépard, un léopard, un lézard...

Espérer que maman ne chantera pas "halima pakasholo" tout le temps...


windHoek


 

Deux vols long courrier depuis Bangkok avec transit par Addis Abeba et nous voilà en continent Africain !

 

En préparant ce voyage nous avons regardé les billets " tour du monde" ( c'est par ce biais que nous avions fait notre 1er tour du monde en 2007/2008 ). Ce n'était en fait pas adapté aux pays que nous voulions visiter cette fois et pas intéressant niveau prix. 

Les compagnies Low cost comme Air Asia, Jet Star ou Eurowings proposaient des tarifs plus avantageux pour notre itinéraire.

Nous avons donc réservé les vols les uns après les autres en utilisant Skyscanner.

Et tout s'est déroulé à merveille.

 


On ne s'éternise pas dans la capitale namibienne.

On reste une nuit à Windhoek pour se reposer du voyage puis on récupère notre 4x4 avec tentes sur le toit chez Savanna Carhire avant de prendre la route...


Okonjim4



Nous avons choisi de faire une halte entre Windhoek et le parc national d'Etosha, des kilomètres de route nous attendent pendant ces 3 semaines et demie en Namibie, temporisons tant que nous le pouvons...

À Okonjima, il y a des guépards qui nous attendent...



Et des phacochères aussi...

C'est ici que nous rencontrons nos premiers animaux africains et nous sommes enthousiastes à chacune de nos rencontres avec Zèbres, Oryx, Chacal, Koudou, Springboks, Dik-dik ou autre...


 

C'est au cœur de 200 km2 de nature préservée entourée des montagnes d'Omboroko que se trouve notre emplacement de camping !

Il n'y a que 5 emplacements de camping et les premiers voisins sont à plusieurs centaines de mètres, c'est l'aventure rien que pour aller à la douche ou aux toilettes....

On a du bois à flamber, une piscine sous des nids suspendus de tisserins bref, c'est un vrai bonheur de camper ici pour notre 1ère nuit sous les étoiles!!

 

 

Retour de piscine.

C'est l'heure de tester le montage des tentes de toit après la courte démonstration chez le loueur de voiture le matin même...

Autant vous dire qu'on est tous aux anges ce soir, les enfants pour la cabane, les parents pour la liberté !!

 

 

On se lève tôt car ce matin on vient nous chercher pour aller voir les guépards !

Ceux que nous rencontrons sont 5, orphelins, et donc gardés en captivité dans un très grand parc.

C'est assez fabuleux d'être à côté d'eux sans aucune protection. Le guide nous parle longuement de leur histoire personnelle et des particularités de leur espèce.

 

Wahu
Wahu


Les enfants (surtout Maxou ) sont au taquet, ils testent leur longue vue et observent avec interêt le léopard Wahu et seront fin prêts pour les rencontres surprises d'Etosha.

Ici la rencontre avec les fauves est passionnante mais pas "naturelle", on est impatients d'aller à la recherche des animaux sauvages de Namibie...

Ce n'est qu'une première étape, nous dormirons dès ce soir dans le parc Etosha.


Etosh4


Le parc national Etosha est une grande aire protégée de Namibie. 

Ses 23.000 km2 servent d'habitat à quelques 114 especes de mammifères et 340 espèces d'oiseaux. La protection du parc ainsi que la présence de points d'eau en font un refuge pour nombres d'animaux.

Nous pourrons loger dans des campements prés de grands points d'eau propicent à l'observation et naviguer ensuite d'un campement à l'autre sur des pistes où il nous est biensûr interdit de sortir de voiture, à partir de l'entrée du parc, on n'est plus chez nous mais chez eux...les animaux d'Afrique !


Okaukuejo



Okaukuejo est le premier campement où nous nous installons.

À peine arrivés, nous allons vite voir son fameux point d'eau ! 



Un oryx prend son bain...

Cette grande" flaque" est bordée d'un mur de pierre et de barbelés au Sud (pour nous protéger curieux humains) et le reste est une immense étendue caillouteuse qui se perd au loin dans une ligne d'arbres et des nuages bas qui flirtent avec l'horizon.

Nous reviendrons ce soir, pour l'instant nous allons installer notre campement et faire comme l'oryx, prendre un bain, car il fait très chaud...



Vient une heure où les campeurs quittent tentes et piscine pour converger à pied vers le trou d'eau comme leurs cibles photographiques animales. La lumière s'adoucie, les ombres s'allongent et leurs soifs ( de voir et de boire ) doivent être épanchées...



Peu d'animaux ce soir mais la qualité est au rendez-vous. 

Alors que les zèbres, repus, nous tournent le dos... Une fois que le bruit des galets qui roulent et s'entrechoquent sous les sabots des partants s'amenuise, au loin un "long-cou" brise l'horizon.

C'est avec patience et ravissement qu'on attendra que la girafe se décide à gagner le bord de l'eau... 

On n'est pas au zoo ici, elle vient de loin, avance avec précaution, a ses pauses inquiètes, et ne nous récompense de notre attente silencieuse qu'au crépuscule...


 

 

Les animaux ne sont pas des exhibitionnistes, les rencontres les plus interessantes se passent souvent de nuit...

Nous nous sommes levés tôt ce matin pour profiter des guépards, je reste donc au campement pour veiller sur le sommeil des enfants.

David lui va tenter sa chance au point d'eau...il ne rentrera que tard dans la nuit, signe de choses interessantes à voir...

 

 

 

 

Une nuit dont il me parlera émerveillé le lendemain à l'heure du café lyophilisé...

Le ballet comme "organisé" de ces grands mammifères, l'apparente hiérarchie pour se rassasier au point d'eau, le petit  rhinocéros qui tête sous sa mère... Avec les enfants, nous avons les éléphants et rhinocéros en retard sur notre " to see it " liste !

Vite un petit-déjeûner et au point d'eau !!

    

Petit déjeuner de routard
Petit déjeuner de routard

 

Le spectacle du matin est époustouflant... Un nombre impressionnant d'animaux s'est donné rendez-vous au Waterhole d'Okaukuejo!

On doit prendre la piste pour être ce soir au camp de Namutoni mais on a du mal à quitter les lieux, comme hypnotisés...

Ce sont les enfants qui finiront par nous convaincre d'y aller! ( Leur patience a des limites...)

 

 

Donc à partir du moment où nous quittons le camp, il est interdit de sortir de voiture, même pour un arrêt pipi!

Max a la carte ! Elle semble vouloir apprendre par cœur le bestiaire du parc et ils observent tous deux avec avidité par la fenêtre...

Nous visons quelques points d'eau qui se trouvent plus ou moins sur le trajet vers Namutoni.

Nous sommes tous surexcités !🤗

 


On s' espante de ce mélange, de leur beauté, de leur liberté....

Nous faisons bientôt route en compagnie d'un pachyderme solitaire d'une taille impressionnante ! Il nous surveille limite hostile, et nous ne sommes pas complétement rassurés par sa proximité...

Mais on l'examine sous toutes ses coutures !


 

Pour le repas du midi, nous devons nous enfermer dans une aire de picnic grillagée, nous voilà en cage!

 

Le trou d'eau qui est juste à côté s'apelle "Olifantbad", le bain des éléphants... 

On espère naïvement retrouver le gros éléphant solitaire que nous suivions avant la pause déjeuner...

Quelle surprise magistrale nous attendait en fait !! 

 

50 éléphants! ( on les a comptés, devoir d'école pour Maxence ).

3 groupes différents il nous a semblé, de tous les âges, de toutes les occupations... Je bois, je me lave, je m'occupe de ma peau avec un bain de boue, je me mesure à un autre, je fais des câlins à trompes enroulées... F.A.N.T.A.S.T.I.Q.U.E. !

 

 

On repassera par là 2 jours plus tard pour profiter encore de ce fabuleux spectacle...le lieu restera désespérément vide... 

Je me répète, on est pas au Zoo ici, chacun fait ce qui lui plaît quand ça lui convient.

 

La piste à présent bordée d'acacias épineux, mets favoris des girafes, nous laisse surprendre quelques specimen en plein repas...

Quelle merveille de les voir en groupe, bondissantes ou juste déambulantes avec ce" dé-cou-é" (mot inventé à l'instant qui signifie" déhanché du cou" ) si élégant !!

 

 

 

Nous arrivons en fin d'après-midi au camp de Namutoni. Notre camping et son trou d'eau se trouvent sur le site d'un ancien fort allemand.

Peu d'emplacements, on se trouve donc à notre aise comme d'habitude!

Une fois le rituel d'installation achevé, on se dirige vers le point d'eau, nous n'en avons toujours pas marre!!

Max est la cheffe de l'exploration, longue-vue et livre des animaux en main, on est tous prêts!

 

 

Nous surprenons notre premier rhinocéros en longeant les barrières du campement.

Il m'avait vu m'approcher en douceur et était en train d'essayer de m'impressionner ( çà marchait...) en tapant de la patte au sol et expirant fort par ses narines...

Puis Max est arrivée sur mes talons et s'est vite exclamée pour les retardataires : " Papaaaaa! Y'a un rhinocéroooooosssss!!!!! ".

 

 

Le rhino s'est vite barré en courant!! La petite fille a eu raison de sa témérité! Pas toujours facile de rester discret avec l'excitation de la découverte! ;)

 

Un lion feule au loin, les quelques touristes attendront longuement le roi félin au point d'eau, il ne se montrera pas...

David rentre cette fois au campement s'occuper des enfants pendant que je reste un moment au crépuscule.

En m'éloignant du point d'observation je surprend 6 girafes qui sustenteront ma soif de voir des animaux pour ce soir!

 

 

On a choisi de rester 5 nuits sur Etosha et on s'en félicite aujourd'hui!

On a hésité, eu peur que ce soit redondant, mais le mélange de chasse au trésor animalière la journée et débriefing au coin du feu le soir nous a incroyablement séduit!

Le camp suivant était celui d'Halali.

Il nous manquait à mettre des lions à notre tableau de chasse photographique et rétinien... Du coup, puisqu'on est en Afrique, berceau de l'humanité et où des forces vaudous sont à l'oeuvre, nous autres cartésiens au bord du virage vers le mystique, avons invoqué le lion en grognant familialement avant de s'installer au point d'observation du camp d'Halali...

Il était tôt, nous étions seuls, on s'est dit que c'était pas le bon moment...

 

 

Pays vaudou je disais...

      


Toujours pas de lion mais 6 lionnes joueuses que nous nous régalerons d'observer jusqu'à la nuit et aux orages !



Ce n'est pas la haute saison en Namibie, c'est le début de la saison des pluies... mais nous n'aurons que 2 orages de chaleur en soirée pendant tout le voyage ( ce soir là et le lendemain ) et la chaleur de journée c'est avérée tout à fait supportable ! Comme quoi, on aurait eu tort de se priver !

En attendant, replie stratégique dans la tente sur le toit du 4x4!



Cela dit on comprend pourquoi il est déconseillé d'aller en Namibie pendant la saison des pluies pour observer les animaux. Les points d'eau prés des campements perdent de leur interêt puisqu'ils ont de la concurrence avec de nouvelles flaques qui apparaissent un peu partout... 

Cela dit aussi, cela permet d'en voir plus sur la route quand on est chanceux... comme nous qui avons dû nous arrêter pour cause d'antilopes, bébé canard, hyène et même rhinocéros dans flaque devant voiture ! Magistral !



 

Nous repasserons 1 nuit à Okaukuejo avant de nous diriger vers l'ouest du Parc.

Ouvert depuis peu, cette partie du parc propose 2 hébergements seulement, le lodge de luxe Dolomite et le camp d'Olifantrus.

 

La particularité de ce dernier où nous nous installons pour la nuit est son point d'observation en hauteur et vitré.

Cela aurait été fantastique d'y observer les éléphants d'aussi près !!!!

Malheureusement, ils n'avaient visiblement Pas soif...

 

 

Notre cible photographique du soir
Notre cible photographique du soir

 

Le lendemain on prend la piste pour quitter le parc Etosha par le Galton gate.

On passe par quelques points d'eau pour prolonger le plaisir...

Nous avons adoré ces quelques jours à observer tous ces animaux fantastiques qu'on ne trouve pas en liberté dans notre partie du monde et bon dieu !! Ce que la liberté leur va bien !!!

 

P4ys4ges N4mibiens

P4lmw4g



Et animaux toujours...

:)



On s'arrête dans une " ville" centrée autour d'une station essence et d'une épicerie où nous ravitailler.

Nous avons décidé de commencer ce voyage par la parenthèse enchantée ( etOsha ) , maintenant on est hyper-curieux d'en voir plus de ce pays et de ses paysages réputés!

Alors on avale les kilomètres de piste poussiéreuse, on s'enfile des sandwichs pain de mie jambon sans même s'arrêter comme si un lion pouvait nous ceuillir à notre descente de voiture...

Prochain arrêt, Palmwag.


 

Les pistes poussiéreuses ne longent plus le pan d'Etosha, on a encore le reflexe de guetter les animaux par la fenêtre un moment puis les paysages cabossés retiennent toute nôtre attention...

Nous dépassons le Grootberg pass ( 1200m ) pour descendre sur la concession de Palmwag

S'y trouve un campement en bord de rivière asséchée qui sera parfait pour couper le trajet jusqu'à la côte et pour se reposer tout court car on voyage avec nos enfants, on ne peut pas leur proposer que de la voiture, il faut savoir ne rien faire aussi...


À peine arrivés, Robin repère les lieux...et les 2 piscines...
À peine arrivés, Robin repère les lieux...et les 2 piscines...


Sur cette concession de Palmwag vivent des animaux sauvages comme girafes, rhinocéros, éléphants du désert et même félins... Le pompiste à l'entrée de la concession nous raconte des histoires d'attaque de bergers, il faut rester prudent, Max et Robin bondissent et bêlent parfois comme des brebis !

On a décidé de rester une journée ici, sans faire de voiture, juste profiter du calme du campement, des 2 piscines et des éléphants du désert qu'on aperçoit au loin...


Un éléphant du désert...
Un éléphant du désert...

 

Nous ferons une jolie promenade en fin d'après-midi en surplomb de la rivière asséchée où nous avons aperçu des éléphants du désert plus tôt dans la journée... malheureusement infructueuse.

Ces éléphants du désert sont des pachydermes fantastiques... Ils se sont adaptés aux conditions particulières du désert du Namib. Ils peuvent ne rien boire pendant plusieurs jours, ils sont capables de détecter les chutes de pluie à plusieurs centaines de kilomètres de distance ( l'odeur de terre mouillée que j'aime tant... ), Ils ont des techniques pour éviter la surchauffe en s'aspergeant de sable mouillé par leur urine ou de l'eau régurgitée...Ils se souviennent également de l’emplacement des ressources en eau et de nourriture et jouent un rôle crucial dans cet écosystème aride en créant des chemins qui serviront à d’autres. Bref, ils sont magiques !

 

squeleton co4st



Prochaine étape : gagner l'océan...🌊



Nous voilà plongés dans de tout autres paysages !

Les animaux disparaissent, la végétation se raréfie et quand on rentre dans le parc national de la Skeleton Coast, les têtes de mort qui décorent le portail d'entrée ne laissent que peu de doutes sur la suite : 

bienvenue en terres hostiles.



Mais même hostile, elle est drôlement belle la nature...



Quand on longe enfin la côte, la vue des vagues sous ce ciel limpide est irrésistible...


Nous suivons d'étranges oryx... Des bêtes à cornes motorisées... 

C'est sur leur pare-choc avant que les pêcheurs du coin transportent leurs cannes à pêche.

Ils nous mènent jusqu'à Cape Cross, le point de rendez-vous nauséabond des otaries à fourrure.

 

 


Nous nous installons pour 2 nuits à Swakopmund, une station balnéaire prisée des Namibiens et Sud-Africains surtout en cette période de fêtes de fin d'année...

Il faut dire que dans 2 jours c'est Noël, nous avons du mal à y croire...

Pour l'instant notre planning ne comprend ni sapin ni flocons, mais du sable, du sable et encore des quantités de sable...


S4ndwich h4rbour



Ce matin, toujours pas de grasse mat', on vient nous chercher pour une excursion de quelques heures à Sandwich Harbour.

C'est un endroit époustouflant, où des dunes géantes se jetent dans l'océan Atlantique...



Le grand débat qui agite sur les forums de voyage, c'est " une excursion d'une demi-journée à Sandwich Harbour permet-elle d'arriver jusqu'à Sandwich Harbour même? ". On y parle d'arnaque, certains vont jusqu'à déconseiller l'excursion toute entière !

Car il faut savoir qu'à marée haute, la langue de sable qui empêche momentanément l'océan fétichiste d'aller lécher le pied des dunes, et qui sert de route d'accès aux 4x4, disparaît...



Alors nous on s'est dit deux choses :

- primo, c'est ce panorama de malade, ces dunes géantes qui surplombent l'océan qui nous intéresse et pas ce "Sandwich Harbour" qui sonne comme un saint Graal à atteindre alors que... Y-a-t'il plus de beauté à y glâner encore !?

- secundo, nous parcourons le monde avec nos enfants de 4 et 5 ans et demi, ils sont hyper cool et contemplateurs en voiture, mais on a roulé pas mal la veille, épargnons leur une journée complète de voiture...


Bref ! Qu'importe les avis contraires, on a choisi la demi-journée d'excursion.



Ils sont venus nous chercher avec 45 minutes de retard le matin mais pour se rattraper, ils avaient engagé Joseph, un gars super qui parlait français ! ( Cool pour les enfants aussi, c'est tout de suite devenu leur meilleur ami du tour du monde ) .

Et puis, il avait permission de prendre tout son temps pour nous ramener à Swakopmund et redonner le sourire à la dame ronchon du groupe...( Moi... j'avais un peu rouspété pour le retard matinal, je suis pas un monstre bouddhiste de patience moi faut dire... même en voyage le zen me fuit...)


La marée était idéale, Moïse sait ouvrir la mer en deux, Joseph tenir l'océan à distance...



Alors on a ri, on s'est fait peur à frôler l'océan, Max riait jaune car cette enfant a bien trop les pieds sur terre pour son âge et avait tout compris au système de marée et qu'il fallait quand même penser au retour... Robin a mangé le poisson frit que Joseph gardait dans sa boîte à gants, et on s'est arrêté, là, au pif, pour grimper les géantes... ( Joseph pas rancunier pour le poisson frit, a porté Robin sur ses larges épaules jusqu'au sommet )



Dés ce moment, notre journée est devenue mémorable, notre excursion réussie!


Sauf qu'en plus, que les gens sur les forums aient tort de s'exprimer de façon si affirmative ou qu'on ait vraiment eu une chance de tordus pour la marée, mais on l'a eu, le port du Sandwich !

Les flamands roses, les pélicans au dessus de nos têtes, le soleil qui perce puis atomise la couche de nuage grise, fidèle amie matinale des bords d'océan, pour nous marbrer les dunes d'ombre et de lumière... 

J'en suis encore toute émue... 

( J'écoute Ry X - Shortline en écrivant ces lignes, ce qui éxacerbe ma sensiblerie... )


Joseph et Robin.
Joseph et Robin.
David, 40 ans.
David, 40 ans.
Robin, 4 ans.
Robin, 4 ans.


Restait à redescendre en courant vers notre repas de mi-journée, les pieds adultes s'enfonçant profondément dans le sable et faisant chanter les dunes, les petons légers ne laissant qu'infime trace en dévalant la pente abrupte jusqu'au niveau de l'océan tout proche...



Une journée forte en émotions donc...

Un fort sentiment de liberté pour tous, des petites frayeurs quand Joseph fait le kéké dans les dunes et les fait chanter avec le 4x4 comme médiator...

( C'est assez impressionnant ce son d'ailleurs...les grains de sables rentrent en résonance sous le poids de la voiture et font un bruit hallucinant ! ).

Robin du coup s'endort et manque le dernier coup de théâtre de cette journée parfaite...



On finit par s'ensabler !

On s'enterrre discrètement entre deux dunes, si discrètement qu'un autre véhicule ne tarde pas à s'ensabler aussi à côté de nous !

Ils se libèrent puis nous tirent... Ils se ré-ensablent, on les pousse, une belle leçon d'entraide à montrer à Maxence ( Robin dort toujours donc...)



Bref... rentrons à Swakopmund, demain on retourne dans le desert à la recherche de la vie qui s'y cache cette fois...


Desert life



On a su trés tôt qu'il existait ce genre d'expert à Swakopmund... De ceux qui te déniche des petites bêtes partout dans le désert et qui sauront captiviter nos marmots !

Malgré la date du jour, nous sommes le 24 décembre..., Chris travaille aujourd'hui et il travaille pour nous même...action !


 

Lézards sans pattes, geckos du desert, araignée "dame blanche", caméléon, scarabés, serpents... 

 

 

 

 

Des vraies stars ces petites bêtes !!

 

 

La parfaite conclusion pour cette matinée très interessante : la contemplation !

Le desert, qu'est-ce que c'est beau !! Hein Max?

 


Allez, ce soir c'est Noël... 🌲


Joyeux Noël


Alors pour le réveillon de Noël, nous avions trouvé une chambre avec cuisine équipée pas loin de Swakopmund. Nous nous réjouissions de pouvoir préparer quelques festivités... 

Nous avions même réussis à déjouer l'attention des enfants pour acheter quelques présents en douce...

 

Malheureusement, problème à la réservation, nous voilà sans chambre et tout est plein à cette période, vacances namibiennes et Sud-Africaines obligent...

Le propriétaire des logements en location nous propose alors de nous héberger chez lui... Dans une espèce de grande demeure au style européen un peu too much... Nous sommes un peu désappointés mais les enfants sont ravis de se retrouver dans la chambre remplie de jouets du fils absent... C'est comme s'il c'était déjà Noël !😂

 


Robin ne veillera pas au-delà des 21h...Max guère plus, c'est que çà fatigue le voyage !!

En plus, comme il est difficile pour eux,  sans la propagande habituelle des spots TV et vitrines de magasin, d'imaginer sous ces latitudes ensoleillées que c'est Noël !!



Au matin, pas de sapin, mais quelques cadeaux sur une petite chaise...

Une lettre de père Noël qui s'étonne de les avoir trouvés endormis en Afrique et leur promet d'autres présents sous le sapin en Suisse...😉


SpitzkoPpe


Luderitz & régiOn


h4ppy nEw ye4r


Sesriem - de4vlei - n4mib duNes


k4l4h4ri


 

 

à suivre...

▪️ Jour de Noël à Spitzkoppe...

▪️Luderitz, péninsule de Shark et ville fantôme ensablée

▪️ Nouvel an au milieu de nulle part

▪️Sesriem et ses arbres pétrifiés

▪️Bushmen et derniers couchés de soleil en terre africaine

▪️Retour au bercail...😭




← précédemment
← précédemment


♪♫ Je voulais un peu d'Afrique et d'entrain... Ce morceau de Damien de Medeiros est parfait pour çà!